FAUT-IL FAIRE UN 3A OU UN 3B

Les troisièmes piliers A et B ont une fiscalité bien différente:

Imposition sur le revenu:

3ème pilier lié (A):
Pendant la durée du contrat, les cotisations du 3A sont déductibles de vos impôts. Vous avez la possibilité de déduire jusqu’à CHF 6’768.- par an (montant maximum en 2017) de votre revenu.
3ème pilier libre (B):
Les cotisations du 3B ne sont déductibles que dans certains Cantons (notamment GE et FR). Une personne célibataire à Genève peut par exemple déduire CHF 2’200.- par an.

Imposition sur les intérêts et les excédents:

Il n’y a pas d’imposition anticipée ni d’imposition sur le revenu sur les intérêts et les excédents du 3ème pilier.

Imposition sur le retrait:

3ème pilier lié (A):
Lors du retrait, le 3A est imposé sur le revenu mais à un taux réduit (1/5).
3ème pilier libre (B):
Pas d’imposition sur la revenu lors du retrait du 3B.

Imposition sur la fortune

3ème pilier lié (A):
Durant la durée du contrat, le 3A n’est pas imposé sur la fortune.
3ème pilier libre (B):
La valeur de rachat (montant que vous avez à disposition) du 3B est imposée sur la fortune pendant la durée du contrat.

Comme vous pouvez le constater, il est difficile de comprendre tout les enjeux fiscaux si vous n’êtes pas au bénéfice d’une solide formation ou expertise en fiscalité.
Nous vous conseillons vivement de demander l’avis d’un professionel de la fiscalité (et non pas d’un courtier, banquier ou assureur) ou de demander à l’expert fiscale de l’ASSORCA de vous guider dans vos choix.

Trouver la meilleure offre