INCONVÉNIENTS

Nous ne parlerons ici que du troisième pilier lié appelé communément le 3A. Le 3B (3ème pilier libre) est expliqué en détail dans sa rubrique correspondante.

Le 3ème pilier comporte donc certains inconvénients :

L’argent que vous mettez dans votre troisième pilier est bloqué.

Il est important de rappeler que l’argent que vous mettez dans votre troisième pilier est bloqué. Que vous le fassiez dans une banque ou dans une assurance ne change rien.

Pourquoi est-il bloqué ?
L’Administration Fiscale permet la défiscalisation du troisième pilier ainsi que d’autres avantages fiscaux. En échange, cette épargne doit être utilisée pour des besoins que l’on appelle « constitutifs de patrimoine ». C’est-à-dire que cet argent doit pouvoir améliorer la future retraite de l’épargnant.

Pour cette raison, il est possible de retirer son 3ème pilier pour les raisons suivantes :

  • Si vous vous mettez à votre compte (indépendant).
  • Si vous êtes indépendant et que vous changez d’activité.
  • En cas de départ définitif de la Suisse
  • Pour acquérir un bien immobilier ou rembourser une hypothèque (crédit immobilier).
  • Pour réinvestir l’argent dans votre 2ème pilier.
  • En cas d’invalidité, sous certaines conditions.
  • A la retraite (5 ans avant au plus tôt).

L’argent du 3ème pilier doit suivre les règles d’investissement de l’OPP3.

Cela veut dire plus simplement qu’au maximum 50% de votre épargne peut être investie en actions et 15% en placements alternatifs.
Bien que cette règlementation sécurise les épargnants en évitant les dérives et autres problèmes liés aux marchés financiers, elle ne permet pas à une personne souhaitant choisir des stratégies financières très dynamiques (risquées) de le faire.

Valeur de rachat & pénalités.

La valeur de rachat est le terme qui définit le fait de retirer son 3ème pilier lorsqu’il a été constitué dans une assurance.

Nous expliquons en détails la différence entre le 3ème pilier bancaire et celui en assurance dans la rubrique correspondante. Mais pour résumer, si vous épargnez dans un 3ème pilier en assurance, il y a une grande probabilité pour que votre « contrat » présente des valeurs de rachat pénalisantes les premières années.

En d’autres termes, il y a de fortes chances pour que vous ne puissiez pas arrêter de payer ou retirer votre 3ème pilier (pour les raisons énoncées plus haut) sans subir de fortes pénalités. L’avoir retiré correspond à ce que vous avez épargné. Il n’est majoré d’un intérêt qu’après plusieurs années. Certains 3èmes piliers présentent ce type de pénalité si vous le retirez avant les 15 premières années.

Il faut donc se mettre bien au courant de ce type de contraintes.

Faible flexibilité dans les paiements

Dans la plupart des cas, si vous faites votre troisième pilier dans une banque, vous avez la possibilité de mettre dans votre « compte prévoyance 3ème pilier » la somme que vous souhaitez chaque année (dans les limites autorisées : CHF 6’739.- pour une personne salariée).

Donc, si vous souhaitez mettre en 2014 le maximum déductible et qu’en 2015, vos finances ne vous permettent pas de mettre de l’argent dans votre 3ème pilier, cela est tout à fait possible.

De plus, vous pouvez faire vos paiements tous les mois, une fois par an, en début, en fin d’année etc.… il n’y a pas d’obligation.

Par contre, dans une assurance, la plupart des contrats 3ème pilier ne permettent pas une telle flexibilité. En général, vous devez définir un montant ainsi qu’une fréquence de paiement (mensuelle, semestrielle, annuelle) et vous y tenir pendant les premières années. Faute de quoi, vous risquez de subir des pénalités.

Ex : si vous décidez de payer CHF 300.- par mois, vous devrez vous y tenir durant les premières années.

Il est en général possible d’augmenter le montant que vous épargnez (dans les limites autorisées) mais si vous souhaitez le baisser, il y a souvent des pénalités.

Les contraintes du 3ème pilier en assurance sont, en général, liées à leurs avantages. Cela veut dire que si le 3ème pilier est en assurance est plus contraignant que celui en banque, il offre la plupart du temps des garanties plus importantes

Le troisième pilier est imposé lors de son retrait

Lorsque vous retirez votre 3ème pilier A (lié), vous serez imposé dessus (cf. la rubrique correspondante).

Dans la plupart des cas, le troisième pilier reste fiscalement avantageux si on compare les avantages fiscaux qu’offre ce type de produit durant les années de cotisation et, au final, l’impôt que l’on doit payer lors de son retrait.