Comparer les assurances

Il est assez compliqué de comparer des 3èmes piliers en assurances. La raison de cette difficulté est due au fait que les 3èmes piliers en assurance peuvent proposer des multitudes de petits avantages ou inconvénients qu’il n’est pas facile de déceler si l’on n’est pas habitué à ce genre de produit.

Néanmoins, voici quelques points de comparaison, lesquels, s’ils sont appliqués, devraient suffire à choisir la compagnie d’assurance offrant le meilleur produit.

Pour comparer des 3èmes piliers en assurance, il faut, dans un premier temps, demander des offres aux différentes compagnies. Ces dernières essayeront par tous les moyens de prendre rendez-vous avec vous et l’un de leur conseiller. Refusez si vous êtes dans la phase de comparaison car leurs conseillers pourraient vous induire en erreur.

Pour comparer, il faut que les offres demandées soient les mêmes dans toutes les assurances bien entendu. Il faut comparer des pommes avec des pommes comme le dit l’adage.

Une épargne (appelée aussi cotisation ou prime) identique.

Il faut bien entendu que le montant que vous mettez dans votre troisième pilier soit le même dans toutes les demandes d’offre.

Un mode de paiement identique.

Certaines compagnies prévoient des frais en cas de paiement mensuel. Il est donc important de spécifier le mode de paiement à la personne qui va vous faire une offre pour pouvoir dès le départ inclure les frais que cela représente.

Des prestations identiques :

  • Capital garantie : certaines compagnies d’assurance offrent un capital garanti à la retraite. Cela signifie que votre épargne est garantie à l’échéance du contrat. Nous conseillons vivement cette garantie. Elle permet de comparer facilement les offres en regardant quel montant garanti est le plus élevé.

  • Libération du paiement des primes : la plupart des compagnies d’assurance proposent dans leur 3ème pilier une assurance qui vous garantit qu’en cas d’invalidité momentanée ou prolongée, votre troisième pilier continue de se faire payer par la compagnie. Si vous choisissez ce type de couverture complémentaire, il convient de bien vérifier que les délais d’attente soient les mêmes.

Par exemple, si vous vous blessez et que vous ne pouvez pas travailler pendant 4 mois, la compagnie d’assurance chez qui vous avez votre troisième pilier paie à votre place la cotisation mensuelle durant votre invalidité. Si le délai d’attente est de 3 mois, le 4ème mois sera payé à votre place, si par contre il est de 6 mois, la compagnie ne prendra rien à sa charge.
Plus le délai est court, plus cette couverture sera chère. Il faut donc bien vérifier que les délais de toutes les offres soient identiques.

  • Rente d’invalidité : si vous n’êtes pas bien couvert en cas d’invalidité due à une maladie (rente AI plus rente de votre 2ème pilier) vous pouvez demander une couverture complémentaire dans votre 3ème pilier. Il convient également de bien vérifier le montant de la rente d’invalidité que vous demandez, si la couverture accident est également inclue et le délai d’attente avant que cette dernière prenne effet.

Pour savoir si la libération du paiement des primes ou une rente invalidité est nécessaire, il convient de faire une étude de votre situation rapide afin de connaître les assurances prévues par votre employeur.

Les valeurs de rachat.

Lorsque vous retirez votre 3ème pilier (pour une des raisons bien spécifiques prévues à cet effet) et que celui-ci est dans une assurance, on parle de valeur de rachat. La valeur de rachat est tout simplement le montant que vous pourrez retirer.
Dans une banque, lorsque vous retirez votre 3ème pilier, vous retirez tout simplement le montant épargné plus les intérêts. Dans une assurance, lorsque vous retirez votre 3ème pilier, vous retirez le montant épargné plus les intérêts moins UNE PÉNALITÉ.
Cette pénalité est une sorte de coût qui comprend des frais, la commission du vendeur etc. Elle est assez opaque et change d’une assurance à l’autre.

La plupart des assurances vous dresse un tableau avec la valeur de rachat de votre contrat année après année jusqu’à la retraite. C’est-à-dire, le montant que vous pourrez retirer depuis la première année de cotisation jusqu’à la dernière.
La valeur de rachat durant la première année présente donc des pénalités qui diminuent avec le temps. Après quelques années, la valeur de rachat ne présente plus de pénalité.

Exemple : si vous mettez CHF 1’000.- par an dans un troisième pilier dès 2014, le tableau de la valeur de rachat pourrait être le suivant :

Valeur de rachat :

En 2015 100
2016 40
2017 1’00
2018 1’80
2019 3’00
2020 5’20
2021 7’000 – plus de pénalités
2022 8’10
2023 9’20
2024 10’300
2025 11’400
2026 12’500
2027 13’600

Il convient donc de comparer également les valeurs de rachat des contrats si vous pensez que vous devrez retirer votre 3ème pilier avant la retraite.
Comme il a déjà été dit, si vous pensez retirer votre 3ème pilier avant les premières années de cotisation, il est en général préférable de choisir la solution bancaire à celle en assurance.

Différents avantages et facilités :

Vous pouvez en plus, comparer les facilités qu’offrent les différentes compagnies telles que :

a. La possibilité de mettre son 3ème pilier en stand by plusieurs années
b. Les frais occasionnés en cas de diminution de la cotisation
c. La possibilité de continuer le paiement si vous partez à l’étranger
d. La possibilité de passer du 3a ou 3b dans le même contrat.
e. Des avantages que vous pourriez avoir si vous êtes déjà client de la compagnie d’assurance (pour votre assurance voiture par exemple)

Pour conclure, il est assez difficile de comparer des offres de 3ème pilier dans les assurances. Il convient de faire appel à un expert. Mais attention, il est important que cet expert soit neutre car il est facile pour un assureur de mettre en avant les produits de sa compagnie et de vous convaincre.

Trouver la meilleure offre